Eucoco: appel au respect des arrêts des Cours africaine et européenne sur le Sahara occidental

Berlin, 03 déc 2022 (SPS) Le président de la Coordination européenne pour le soutien et la solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO), Pierre Galand, a appelé depuis Berlin au respect du droit international et des décisions de justice émanant des Cours africaine et européenne concernant le Sahara occidental.

S'exprimant en marge de la 46e conférence de l'EUCOCO qui a pris fin samedi dans la capitale allemande, M. Galand a souligné que l'ambition commune du mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui qu'il dirige était de "vivre ensemble dans la sécurité et la coopération".

Pour cela, dit-il, "respectons le droit international, respectons les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui a statué que le Sahara occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc, et qui a dit clairement que le Sahara occidental a un peuple, a un représentant, le Front Polisario en l'occurrence, et que les Sahraouis doivent disposer de leur sol et leurs ressources. Et respectons aussi le dernier arrêt de la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples, sur la nécessité de trouver une solution permanente à l’occupation marocaine du Sahara occidental".

Le président de l'EUCOCO a salué "l'esprit de solidarité des Algériens connu à travers l'histoire et qui s'est focalisé aujourd'hui autour du peuple sahraoui et ses droits élémentaires".

Le militant belge rappelle en outre que "la communauté internationale reconnaît l'ensemble des droits indispensables à l'indépendance du peuple sahraoui et son droit de vivre libre dans sa nation qui est le Sahara occidental. Je pense que nous tous, en tant que mouvement de solidarité (international), sommes capables de faire comprendre aux Marocains qu'ils sont sur la mauvaise voie".

"Nous sommes capables de leur expliquer qu'aujourd'hui, leur Etat est en pleine illégalité par rapport à la communauté internationale et que le plan proposé par le Maroc n'est autre qu'un plan d'annexion", a conclu Pierre Galand.(SPS)

020/090/700