Le Mouvement socialiste chilien réitère son soutien au peuple sahraoui dans sa lutte

Santiago, 15 nov 2020 (SPS) Le Mouvement socialiste "Allendiste" chilien a condamné la violation du cessez-le-feu perpétrée vendredi par l'occupant marocain lors d'une attaque militaire contre la population civile sahraouie à El-Guerguerat, réitérant son soutient au peuple sahraouie dans sa lutte légitime contre cette agression militaire marocaine.

"L'agression unilatérale du Maroc contre les civils sahraouis dans la brèche d'El-Guerguerat et leur entrée dans le territoire sahraoui libéré pour attaquer militairement des civils sahraouis constitue en fait la fin du cessez-le-feu signé en 1991 entre le Front Polisario et le Maroc", a écrit le Mouvement dans un communiqué publié samedi sur Twitter.

Il a souligné que "l'agression marocaine  fait partie de la stratégie du royaume d'ignorer les accords de paix", qui sont étroitement liés avec la tenue du référendum d'autodétermination au le Sahara occidental.

"Dans ce nouveau contexte créé par la récente agression militaire marocaine, l'Armée populaire de libération de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a su et saura défendre le peuple sahraoui qui se bat avec courage et dignité pour mettre fin à l'occupation illégale du Maroc d'une partie importante de son territoire et ne s’arrêtera pas tant qu’elle n’aura pas réalisé son droit à la liberté et à l’autodétermination", a insisté le mouvement chilien.

Vendredi, aux premières heures de l'aube, le Maroc a mené une agression militaire dans la zone tampon d' El-Guerguerat en procédant à l'ouverture de trois nouvelles brèches illégales en violation de l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 par les deux parties (Maroc et Front Polisario), sous l'égide de l'ONU.

Face à cette nouvelle et grave situation engendrée par l'attaque marocaine contre les civils sahraouis dans la zone d'El-Guerguerat,  le Mouvement a lancé, dans son texte, un appel "aux forces et mouvements anti-colonialistes et anti-impérialistes du monde, aux forces de gauche, révolutionnaires et progressistes, aux organisations de travailleurs et aux mouvements sociaux et populaires d'exprimer et de créer une solidarité active avec la RASD et avec le Front Polisario, dans leur lutte légitime contre le colonialisme et pour parvenir à l'exercice de leur libre autodétermination et indépendance totale".

Il a également exigé "la fin des opérations militaires de la monarchie marocaine et le retrait immédiat de ses forces militaires d'occupation de cette région et le respect des accords de cessez-le-feu signés en 1991".

Le Mouvement a dénoncé la conduite de quelques pays, notamment des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU,  qui "apportent soutien et protection au Maroc pour continuer à violer la légalité internationale et bloquer le Plan de paix avec le Front Polisario, signé sous les auspices des Nations Unies et de l'Union africaine".

Dans son communiqué, le Mouvement chilien a saisi l'occasion pour lancer un appel à l'adresse du SG de l'ONU, M. Antonio Guterres, et les pays membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité et de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) à "intervenir rapidement pour sanctionner le Maroc suite à son agression militaire contre des civils sahraouis".

Il a également réitéré son appel aux "peuples du monde, les forces politiques de gauche et progressistes organisées au Forum de Sao Paulo, les mouvements sociaux et populaires d'Amérique latine et des Caraïbes, les pays de l'ALBA, l'Union africaine et le Mouvement des pays non alignés (NAM) à assumer sans ambiguïté une position claire de soutien pour l'autodétermination du peuple sahraoui dirigé par son seul et légitime représentant, le Front Poltsario". (SPS)

020/090/700