Espagne: un parti galicien exige du gouvernement le respect de la souveraineté du Sahara occidental dans l’accord de pêche UE-Maroc

Madrid, 25 mars 2018 (SPS) Des parlementaires du parti galicien En Marea, formé de la coalition électorale de Podemos et de la gauche unie au sénat espagnol, viennent d’exiger du gouvernement le respect de la souveraineté du Sahara occidental dans l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, en appelant devant le sénat la ministre espagnole de l’Agriculture et la Pêche Isabelle Garcia Tejerina à expliquer la position du gouvernement sur cette question.

Cette comparution de la ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’environnement devant le sénat, ont rapporté des médias, permettra à ce groupe politique de défendre le respect de l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui interdit l'application de l'accord de pêche au territoire du Sahara occidental et aux eaux y adjacentes.

La CJUE a conclu en février dernier que l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc "ne peut être appliqué aux eaux adjacentes au Sahara occidental car cela constituerait une violation du principe d’autodétermination contenu dans le droit international", a souligné ce groupe politique.

Cependant, a-t-on ajouté, la commission européenne a récemment proposé de renégocier l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc, "ignorant ainsi les arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne". La même source a indiqué que cette proposition fera l’objet d’une discussion et d’une approbation des ministres de l’Agriculture des pays européens lors de la réunion de Luxembourg prévue en avril prochain. Par conséquent la même source exige de connaître la position du gouvernement espagnol dans ce processus de renégociation.

Le même groupe parlementaire a souligné que "le rôle du gouvernement espagnol dans ce processus doit être central notamment pour protéger la flotte de pêche espagnole et surtout galicienne qui travaille dans les eaux de ce pays africain". Pour ce faire, a-t-on souligné, le gouvernement espagnol devrait dialoguer avec les représentants légitimes du peuple sahraoui.

Le même groupe politique a affirmé que le gouvernement ne devrait pas ignorer le conflit historique de l'occupation du Sahara occidental par le Maroc, en ajoutant que "ni le gouvernement espagnol ni la commission européenne ne peuvent adopter des positions illégales et contraires aux arrêts de la CJUE".  

"Le conflit historique impliquant l’occupation par le Maroc du Sahara occidental ne devrait pas être ignoré de manière irresponsable car ce serait soutenir la violation de la souveraineté et des droits du peuple sahraoui", a-t-on précisé. 

Ce groupe parlementaire a en outre enregistré une série de questions écrites à adresser au gouvernement dont notamment la ministre de l’Agriculture et de la Pêche, défendra-t-elle lors de la réunion de Luxembourg sur la renégociation de l’accord de Pêche entre l’UE et le Maroc, "le respect de la décision de CJUE".

L'une des questions est "quand le gouvernement espagnol a-t-il l’intention d’engager des négociations avec les représentants légitimes du territoire sahraoui pour protéger et garantir l’activité de la flotte espagnole et notamment Galicienne dans ses eaux".(SPS)

020/090/700