Kheddad n'a jamais cessé de dénoncer les crimes marocains dans les territoires sahraouis occupés

Paris, 02 avr 2021 (SPS) La présidente de l’Instance sahraouie contre l'occupation marocaine (ISACOM), Aminatou Haidar a indiqué jeudi que le défunt M'hamed Kheddad était très intéressé de la lutte pacifique de ses compatriotes aux territoires occupés et n'a jamais cessé de dénoncer et dévoiler les crimes commis contre eux par l'occupant marocain.

"Chacun et chacune de nous tous, a connu le défunt et a pu se prononcer sur ses compétences militantes et son engagement quant à notre cause nationale et sa féroce défense en faveur des droits et des intérêts du peuple sahraoui", a soutenu la présidente de l'ISACOM dans son discours lors de la conférence virtuelle organisée par l'Association des Amis de la RASD en France (AARASD) à l'occasion du premier anniversaire du décès de Kheddad.

"Certes, le décès de notre cher M'hamed nous a causé une grande douleur et un sentiment profond d'orphelinat comme senti par sa petite famille, mais aussi une prise de conscience d'une grande responsabilité, qui nous engage à poursuivre son chemin avec pleine loyauté et sincérité", a ajouté Aminatou Haidar.

Dans une longue rétrospective, l'activiste sahraouie, prix Nobel alternatif 2019 a, en outre, rappelé sa relation "fraternelle" avec M'hamed Kheddad faisant savoir que cette relation "très forte" a commencé en 2006 et s'est approfondie d'avantage pendant son exil forcé à Lanzarote en 2009.

Elle cite, entre autres, les moments qu'elle a vécus avec lui durant sa longue grève de la faim et le soutien qu'elle a reçu de sa part durant ces moments très difficile de sa vie.

"M'hamed Kheddad a vécu avec moi les petits détails de ma souffrance due à la grève de la faim que j’ai observé pendant 32 jours pour protester contre mon expulsion illégale de ma chère patrie, le Sahara Occidental", a-t-elle indiqué dans ce sens.

"Il m’a rejoint dès les premiers jours de cette bataille contre l'injustice à laquelle ont participé le gouvernement espagnol et son complice, l’occupant marocain", a-t-elle ajouté.

La "Gandhi du Sahara occidental" a également saisi l'occasion pour rappeler "le rôle remarquable joué par le défunt pour faire connaître à la communauté internationale le dossier du pillage par les autorités marocaines des ressources naturelles et halieutiques du Sahara Occidental, ce qui, a-t-elle poursuivi "a poussé des firmes internationales de se retirer définitivement des accords commerciaux qui les liaient avec les autorités de l'occupation marocaine au Sahara Occidental".

Dans ce contexte elle a affirmé que, "le défunt M'hamed Kheddad avait également un apport remarquable sur le débat juridique sur la thématique de la souveraineté du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles et halieutiques".

Eminent militant du Front Polisario, M'hamed Kheddad a occupé plusieurs postes de responsabilités. Il a fait, notamment partie de la délégation sahraouie lors des premières négociations directes avec le Maroc, tenues en 1978 à Bamako, au Mali.

Il a occupé le poste d'ambassadeur de la République sahraouie démocratique (RASD) en Algérie à deux reprises. Il a été, en outre, responsable du département européen au sein du Comité extérieur du Front Polisario.

Plusieurs personnalités étaient présentes à cette conférence dont, l'ancien envoyé personnel du Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, le président de la Conférence européenne de coordination du soutien au peuple sahraoui (Eucoco), Pierre Galand, le président de la Fédération des institutions espagnoles de solidarité avec le Sahara occidental (Fedissah), Carmelo Ramirez et l'ancien chef de la Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso), Francesco Bastagli. (SPS)

020/090/700