Accord de pêche UE-Maroc : "un obstacle supplémentaire au processus de paix mené par l'ONU" (Khaddad)

Strasbourg, 12 fév 2019 (SPS)  Le responsable de la Commission des relations extérieures auprès du secrétariat national du Front Polisario, M'hamed  Khaddad a affirmé mardi que le vote du Parlement européen sur l'accord de  pêche Maroc-UE incluant le Sahara occidental occupé est "un obstacle  supplémentaire dressé par l'UE au processus de paix mené par les Nations  unies pour la résolution du conflit sahraoui".

S'exprimant après le vote du Parlement européen, mardi, sur l'accord  Maroc-UE élargi "illégalement" aux territoires sahraouis occupés, M. Khaddad  a souligné dans une déclaration faite à la presse que la décision du PE est  "une embûche supplémentaire au travail de l'émissaire de l'ONU pour le  Sahara occidental, Horst Kohler", ajoutant que ce vote "montre que l'Union  européenne joue la pérennité du conflit sahraoui et le statu quo".

M'hamed Khaddad, a considéré également que le vote du PE comme une  "rébellion aux décisions de la Cour de justice de l'Union européenne  (CJUE)", qui avait statué en février 2018 et en décembre 2016 sur  l'inapplicabilité des accords commerciaux UE-Maroc au Sahara occidental  occupé, désigné dans ces arrêts en tant que territoire "distinct" et  "séparé" ne relevant pas de "la prétendue souveraineté marocaine". 

Assurant que la CJUE sera saisie de nouveau par le Front Polisario pour  contester les accords commerciaux UE-Maroc élargis illégalement au Sahara  occidental, le responsable sahraoui a dénoncé le vote du Parlement européen  et le rejet par cette instance de l'avis préalable de la Cour de justice  avant d'entériner ce texte.

Rappelons dans ce contexte que M. Khaddad a salué lundi dans une déclaration la  démarche de l'ONG internationale Human Rights Watch qui a adressé à la veille du vote une lettre au Parlement européen dans laquelle elle a appelé  les parlementaires à éviter toute violation du droit international et à solliciter préalablement un avis de la CJUE sur la "légalité" de l'accord de pêche.

"Le Front Polisario se félicite de cette position nette et parfaitement  responsable de Human Rights Watch, qui ne peut laisser les parlementaires  indifférents", a souligné M. Khaddad, tout en ajoutant que "le Parlement  européen devait exercer sa compétence dans le respect du droit, en utilisant une procédure prévue par les textes".(SPS)

020/090/700