L'International Progressiste appelle à la décolonisation immédiate du Sahara occidental

Genève, 17 sept 2022 (SPS) Le réseau international des partis progressistes, "l'International Progressiste", a appelé, dans une déclaration publiée jeudi, à la décolonisation immédiate du Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, exigeant l'application de la résolution onusienne 1514 adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies en 1960 portant octroi de l'indépendance aux pays sous domination coloniale.

"Au 20e siècle, les peuples et les nations (...) du continent africain se sont levés (et se sont) libérés du colonialisme. Une exception demeure : le Sahara occidental. Aujourd'hui, les forces progressistes du monde entier s'unissent pour demander sa libération", a écrit le réseau dans le préambule de sa déclaration intitulée "le Sahara occidental sera libéré".

Rappelant la résolution historique relative à l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples sous domination coloniale ( 1514) adoptée en 1960 par 89 Etats à l'Assemblée Générale des Nations unies, les signataires ont exigé  la décolonisation immédiate du Sahara occidental et la fin de l'exploitation étrangère de ses terres et ressources naturelles, le retrait des troupes marocaines  et la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), dont le Front Polisario doit être reconnu comme le représentant légitime du peuple sahraoui.

"Nous, forces progressistes de toute la planète, sommes aux côtés du peuple sahraoui. Tant que (les Sahraouis resteront) sous occupation étrangère, le processus de décolonisation en Afrique restera incomplet", assurent les signataires du document, estimant que "le temps est venu de libérer le Sahara occidental".

Parmi les signataires de la pétition figurent d'imminentes personnalités politiques, hommes de lettres et de sciences, dont le linguiste américain Noam Chomsky, le parlementaire canadien, Niki Ashton, le militant politique, Ammar Ali Jan du  parti pakistanais Haqooq-e-Khalq, le président  honoraire du Parti démocratique des peuples en Turquie, Erturul Kürkçü, le parlementaire grec, Yanis Varoufakis, le maire de Recoleta au Chili, Daniel Jadue et le parlementaire britannique, Jeremy. (SPS)

020/090/700