Journée de l'enfant africain: les dirigeants du continent appelés à protéger les droits des enfants sahraouis

Alger, 16 juin 2022 (SPS) Le militant algérien des droits de l'Homme et des peuples, Mahrez Lamari, a appelé jeudi les dirigeants et gouvernements d'Afrique à réagir et prendre leurs responsabilités pour protéger les droits des enfants sahraouis bafoués par l'occupant marocain, à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfant africain, célébrée le 16 juin de chaque année.

"Les dirigeants et gouvernements d'Afrique sont appelés à réagir, prendre leurs responsabilités et ne pas nourrir l'injustice, l'impunité et l'entêtement du Royaume du Maroc arrogant, qui se complaît dans le statu quo colonial au Sahara occidental et qui s'emploie à le perpétuer par tous les moyens en violant systématiquement chaque jour les droits de l'Homme et de l'enfant sahraoui", a écrit l'ex-président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui dans un message.

"Les Etats et gouvernements d'Afrique doivent prendre leurs responsabilités et considérer comme priorité absolue la défense et la promotion des droits de l'Homme et de l'enfant qui passe nécessairement par l'exercice du peuple sahraoui de son droit inaliénable à l'autodétermination et par le parachèvement du dernier cas de décolonisation en Afrique, reconnu et qualifié comme tel par la communauté internationale", a-t-il affirmé.

M. Lamari a regretté qu'aujourd'hui, l'enfant sahraoui soit toujours "privé de vivre heureux, épanoui, en paix, libre et indépendant sur sa terre natale, la République arabe sahraouie démocratique".

Et d'ajouter : "Nous commémorons cette année la Journée de l'enfant africain avec une pensée chaleureuse et un élan solidaire avec les enfants du Sahara occidental qui vivent dans des conditions difficiles dues à l'occupation illégale de leur territoire par la monarchie coloniale marocaine, en violation du Droit international".

Bien que les dirigeants africains aient consacré un Agenda 2040 pour les enfants d'Afrique, avec un programme qui tient compte de l'Agenda 2063 considérant que les enfants africains doivent jouir d'une protection des Etats, M. Lamari a déploré qu'"au jour d'aujourd'hui, c'est avec beaucoup de tristesse, d'amertumes et de regrets que nous relevons dans les territoires occupés du Sahara occidental que l'objectif est en deçà des ambitions affichées par l'Union africaine".(SPS)

020/090/700