Le Conseil de la Nation algérienne s'étonne du revirement de la position de l'Espagne vis-à-vis du Sahara Occidental

Alger, 21 mars 2022 (SPS) Le Conseil de la Nation algérienne a exprimé dimanche son étonnement quant au revirement de la position de l'Espagne sur la question du Sahara Occidental, qualifiant de "douteux" l'alignement du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, sur les thèses marocaines.

"Le Bureau du Conseil de la Nation, présidé par M. Salah Goudjil, président du Conseil de la Nation, tient à exprimer son étonnement devant la surprenante déviation enregistrée dans la position de l’Espagne envers la juste cause sahraouie et le soutien douteux dont elle a fait montre envers un processus de colonisation condamné par la charte et la légalité internationales, ce qui constitue une dérive et une prise de partie inacceptable contre une cause considérée par les Nations Unies comme étant celle de la dernière colonie en Afrique reconnaissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination", indique un communiqué du Conseil de la Nation.

Selon la même source, "la dérive de la position du gouvernement espagnol et son alignement avec les thèses du Makhzen, s’inscrit en porte-à-faux avec la réalité du terrain ainsi qu’aux us et aux notions du droit international qui rejettent toute forme de colonialisme et de domination".

Le Conseil de la Nation s'interroge, à ce titre, sur "les réelles visées de ce revirement douteux qui s’est fait dans le cadre d’un échange au détriment des intérêts des peuples et leur droit à l’autodétermination, rappelant à la mémoire collective les positions complices similaires à celles vécues l’année 1975, dont l’Espagne doit assumer la responsabilité historique, politique et morale ainsi que la responsabilité de mettre un terme à leurs répercussions néfastes à l’endroit du peuple sahraoui et toute la région depuis plus de quatre décades".

Le Conseil de la Nation, tout en dénonçant "cette tendance nouvelle dans la position espagnole envers la cause juste des Sahraouis et leur droit à l’autodétermination", appelle à "faire prévaloir la voix de la sagesse en priorisant la voix de la justice consacrée par les lois internationales, notamment l’avis consultatif de la Cour de justice internationale qui a réaffirmé le fait qu’il n’existe aucun lien juridique de manière à influencer la mise en application de la résolution 15/14 relative à la décolonisation du Sahara occidental notamment, l’application du droit à l’autodétermination en permettant au peuple sahraoui d’exprimer sa volonté de manière libre et directe".

Il appelle, par ailleurs, le Parlement espagnol à "préserver l’honneur et la dignité des Parlements, ainsi que la crédibilité de l’action humaine parlementaire en révisant cette regrettable et inhabituelle position dans le traitement du dossier sahraoui par l’Espagne". (SPS)

020/090/700