La Gauche européenne condamne les violences du Maroc contre les militants sahraouis

Bruxelles, 11 jan 2022 (SPS) Le parti de la Gauche européenne a condamné les violences perpétrées par les forces de sécurité marocaines contre les militants sahraouis, appelant les gouvernements européens à intervenir pour protéger l'activiste Sultana Khaya, assignée à résidence depuis novembre 2020.

"La question du Sahara occidental et les violences perpétrées par les forces de sécurité marocaines contre les militants sahraouis est un paradigme des modèles violents et autoritaires du mécanisme répressif de l'Etat et du gouvernement marocains", a indiqué le parti de Gauche européenne dans un communiqué.

Il considère "nécessaire et prioritaire l'intervention forte et immédiate des gouvernements européens afin de faire pression, aux niveaux institutionnel et international, sur le gouvernement et la monarchie marocaine afin de veiller à ce que l'obligation de protéger la militante sahraouie soit respectée", soulignant qu'en matière de droits de l'Homme, "toute forme de timidité est absolument inacceptable".

Le parti de la Gauche européenne rappelle que "Sultana Khaya est assignée à résidence depuis novembre 2020, période durant laquelle, entre autres, comme l'ont rapporté Amnesty International (AI) et la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme, elle a subi plusieurs actes de violence à répétition".

Parmi ces odieux abus, rapportés par Amnesty, le Parti signale qu'"il faut également mentionner le fait qu'elle, ses sœurs et sa mère de plus de 80 ans ont été violées par les forces de sécurité marocaines".     "C'est quelque chose d'inacceptable et de tellement odieux que même les Nations unies, par l'intermédiaire de Mary Lawlor, la rapporteuse spéciale de l'ONU, ont menacé de sanctions internationales la monarchie marocaine", souligne la Gauche européenne.

Réitérant, par ailleurs, son amitié et sa proximité avec les peuples sahraoui et marocain, elle "invite les différentes autorités locales à approuver les motions et les agendas de solidarité avec Sultana Khaya et sa lutte en faveur du peuple du Sahara occidental".

"La question non résolue de l'autodétermination du peuple sahraoui et du respect des droits de l'Homme de ses citoyens est de nouveau d'actualité ces jours-ci, en raison du retour à la guerre au Sahara occidental entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario", relève le parti.

"Il est important de rappeler que, du point de vue du droit international, le Sahara occidental est un territoire non autonome en attente d'un référendum d'autodétermination", ajoute le communiqué.

Sultana Khaya est présidente de la Ligue sahraouie pour la défense des droits de l'Homme et contre le pillage des ressources naturelles à Boudjdour occupée, au nord du Sahara occidental.

"Au fil du temps, elle a perdu un œil lorsqu'elle a été attaquée par la police à l'université de Marrakech, suivie par plusieurs agressions contre elle et les membres de sa famille, et ce uniquement parce qu'elle a demandé et demande toujours le respect des droits de l'Homme", rappelle également le parti de Heinz Bierbaum. (SPS)

020/090/700