WSRW alerte sur l'exploitation illégale de myrtilles au Sahara occidental occupé

Londres, 20 juin 2021 (SPS) Des exploitations de myrtilles sont actuellement en cours d'implantation dans la ville occupée de Dakhla au Sahara occidental, alerte l'observatoire international Western Sahara Resource Watch (WSRW), appelant les détaillants à prendre des mesures contre "le financement de la colonisation marocaine".

"Les myrtilles made in Morocco seront dans un futur proche non seulement fabriquées au Maroc, mais aussi au Sahara Occidental occupé", déplore WSRW sur son site internet.

Citant Blueberriesconsulting magazine, l'observatoire affirme que "deux sociétés multinationales de baies ont commencé à produire dans la région" de Dakhla au Sahara occidental occupé, relevant que de nouvelles fermes de ce type "sont actuellement en cours d'établissement".

"Les efforts du Maroc pour attirer des investisseurs sur le territoire qu'il détient sous occupation sont très préoccupants", prévient WSRW.

"Nous appelons tous les importateurs de myrtilles marocaines à commencer à se renseigner sur l'origine réelle des produits qu'ils achètent. Des garanties complètes doivent être obtenues auprès des exportateurs marocains que leurs produits proviennent bien du Maroc et ne sont pas originaires du Sahara occidental", a, de son coté, déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch (WSRW).

Car "les commerçants ne peuvent permettre à leurs clients de financer la colonisation marocaine brutale et illégale du territoire. Les entreprises qui produisent au Sahara occidental doivent être complètement évitées", précise-t-elle.

Une entreprise agro-exportatrice mentionnée en relation avec la production de baies est BestBerry, qui est basée dans la province de Kenitra, au Maroc.

Le directeur général de BestBerry, Nabil Belmkaddem, avait déjà déclaré en 2019 que "la production précoce est la clé d'exportations de baies compétitives", expliquant que "parce que c'est là que se trouvent les meilleurs prix dans leur principale destination européenne".

"C'est ce raisonnement, sur la production précoce, qui explique l'intérêt des producteurs de baies pour Dakhla", explique l'observatoire.

"Les baies peuvent être récoltées  4 à 6 semaines avant celles cultivées à Agadir, dans le sud du Maroc, et même 6 à 8 semaines avant le démarrage de la production dans le nord du Maroc.

Selon WSRW  "la production de myrtilles se déroule dans une zone avec beaucoup plus de potentiel, alors que le gouvernement marocain prépare un district d'irrigation de 5.000 hectares basé sur le dessalement de l'eau de l'océan Atlantique".

A ce titre, il a fait savoir que, "les autorités marocaines ont passé un contrat avec la multinationale française Engie pour la construction d'une usine de dessalement à Dakhla".

"La ville de Dakhla a connu un véritable boom de la production agricole au cours de la dernière décennie. Les fermes qui sont soit la propriété du roi du Maroc lui-même, soit des conglomérats d'affaires franco-marocains , produisent principalement des tomates cerises et des melons dans et autour de la péninsule", note l'observatoire.

Et rappelle qu’à l'heure actuelle, "la Cour de justice de l'UE examine à nouveau les importations de produits en provenance du Sahara Occidental occupé dans le cadre des préférences accordées dans le cadre de l'accord commercial de l'Union avec le Maroc".

La Cour avait déjà déclaré la pratique " illégale" en 2016, car le Sahara occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc, et ce dernier n'a ni souveraineté ni mandat pour l'administrer.

Elle a fait valoir que le Sahara occidental ne pouvait être légalement affecté par les relations commerciales UE-Maroc que si la population du territoire y avait consenti.

"Pourtant, les institutions de l'UE ont choisi de continuer à importer du territoire occupé par l'introduction d'un petit amendement dans la description territoriale de l'accord commercial existant, négocié avec le Maroc", regrette l'observatoire, relevant que, le peuple du Sahara occidental a été complètement ignoré pendant tout le processus et n'a eu d'autre choix que d'engager à nouveau des poursuites. (SPS)

020/090/700