Les déclarations du régime marocain rappellent à l’UA le même langage de l'apartheid foulant aux pieds les décisions de l'OUA (Ould Salek)

Chahid El Hafedh, 20 mars 2021 (SPS) Les déclarations du ministre des AE marocains rejetant la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, rappellent à l'organisation continentale le même langage de l'apartheid, selon lesquelles, "il n'est pas concerné par les règlements et décisions de l'Organisation continentale, et le communiqué du CPS ne constitue pas un événement pour lui", a déclaré le ministre des AE, Mohamed Salem Ould Salek.

"Ce sont les mêmes déclarations que Pretoria avait l'habitude de faire en réponse aux résolutions des Nations Unies sur l'indépendance de la Namibie ou à la nécessité de mettre fin à la politique coloniale et à l'approche de l'apartheid en Rhodésie et en Afrique du Sud", a souligné OUld Salek dans une déclaration à SPS en réaction aux déclarations de son homologue marocain.

Le gouvernement de la RASD "condamne la position déclarée par l'occupant marocain dans un défi flagrant aux instances suprêmes de l'Union africaine, qui doivent prendre des mesures pour faire respecter la charte de l'Union et ses décisions. , y compris l’application des sanctions résultant de la politique d’intransigeance marocaine", a-t-il soutenu.

"Après la décision de l'Union africaine lors du quatorzième sommet extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement pour faire taire les armes pour assumer ses responsabilités, considérant l'organisation continentale comme garante, au côté des Nations Unies du plan de règlement signé par les deux parties en 1991, le Conseil de paix et de sécurité a été chargé par le sommet extraordinaire, rétablissant ainsi l'initiative de l’UA après trois décennies d'obstruction, de procrastination et de transgressions menées par le Maroc avec la complicité des forces à l'origine de l'invasion et de l'agression contre le peuple sahraoui, et ces mêmes forces continuent d'entraver son achèvement de l'extension de sa souveraineté sur tout son territoire national", a-t-il fait savoir.

Le chef de la diplomatie sahraouie a relevé que "la décision du Conseil de paix et de sécurité a fait sauter en éclat la stratégie marocaine et tous les espoirs de l'occupation habitués à la présence d'une mission onusienne qui ne bouge pas le bout  du doigt face à la déformation du processus ONU/OUA visant à éliminer le colonialisme du Sahara occidental, à travers l'intervention de parties bien connues pour leur soutien à l'occupation continue de notre pays. Le Maroc assassine notre peuple et pille nos richesses et agit avec ces parties en toute impunité et irresponsabilité".

Cette  décision a démontré le vrai visage  du Maroc devant les peuples africains, qu’il essayait de  dissimuler le jour de son adhésion à l'Union africaine ; a conclu Ould Salek.  (SPS)

020/090/TRD