Sahara occidental: "le statuquo d'avant le 13 novembre est définitivement dépassé"

Paris, 05 fev 2021 (SPS) Le représentant du Front Polisario en Europe et auprès de l’UE, Oubi Bouchraya Bachir, a dit avoir espoir en la nouvelle administration américaine de Joe Biden pour réexaminer la décision unilatérale de Donald Trump relative à la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, affirmant que le statuquo d'avant le 13 novembre est "définitivement dépassé".

"Nous avons en effet, l'espoir que cette nouvelle administration à Washington puisse réexaminer sinon revenir sur la proclamation de Donald Trump, en contradiction totale avec le droit international et avec les principes fondateurs de la politique étrangère des Etats-Unis", a déclaré M. Oubi Bouchraya dans un entretien à l'hebdomadaire français, Politis, paru jeudi.

Dans ce contexte, le responsable sahraoui a souligné "que le cadre ou le statuquo d'avant le 13 novembre (agression militaire par les forces marocaines contre des civils sahraouis au niveau de la brèche illégale d'El Guerguerat), est définitivement dépassé", expliquant que "ce format n'a rien donné et a été limité voire séquestré par le Maroc".

M. Bouchraya a, par ailleurs, assuré que malgré les combats en cours entre les forces d'occupation marocaine et l'armée sahraouie dans cette zone tampon, les Sahraouis sont "toujours favorables aux négociations directes et à une solution diplomatique avec le Maroc, mais sur une base désormais bien plus solide, plus égalitaire et surtout avec des échéances claires et bien déterminées" pour la tenue du référendum d'autodétermination.

"La guerre nous a été imposée surtout après l'attaque menée par le Maroc contre les civils à El-Guerguerat. Même si la guerre est toujours un très mauvais choix pour tout le monde", a-t-il déploré.

Rappelant les principes de l'ancien président américain Woodrow Wilson de 1918 qui réfutent absolument toute acquisition d'un territoire par la force sur lesquels les Etats-Unis ont été fondés, M. Oubi Bouchraya a espéré "un retour de l'administration américaine à la tradition états-unienne du multilatéralisme et du respect du droit international".

"J'espère que l'intention de l'administration Biden est de renouer avec la tradition états-unienne du multilatéralisme et du respect du droit international qui a été la sienne pendant si longtemps, et donc de rompre avec l'unilatéralisme étroit de Trump", a confié le diplomate sahraoui.

Toutefois, a-t-il poursuivi "l'avenir de notre pays, la cause du Sahara occidental et l'issue du conflit ne dépendent pas de la position d'un seul pays, aussi puissant soit-il", bien que les Etats-Unis, rappelle le représentant sahraoui, sont "la première puissance mondiale ayant tenu la plume pour rédiger les résolutions du Conseil de sécurité en 1991 sur le Sahara occidental". (SPS)

020/090/700