Trump a violé le droit international concernant le Sahara occidental (CNASPS)

ALGER, 12 Déc 2020 (SPS)  Le président américain, Donald Trump a violé le droit international en reconnaissant la prétendue souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara occidental, a affirmé le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) dans un communiqué rendu public samedi. 

"Par cet acte qui viole totalement le droit international et qui place à l'avenir, en porte-à-faux les Etats-Unis quant à leurs responsabilités de grande puissance, et de membre permanent du Conseil de sécurité, Donald Trump crée un risque majeur d'entraver le processus de paix au Sahara occidental conduit par le Secrétaire général de l'ONU (Organisation des Nations unies)", affirme le comité.

"Le décret de Trump est un véritable coup de force contre la doctrine des Nations unies (dont les USA font partie) en matière de décolonisation, contre le droit international, et notamment la résolution 1514 du 14 décembre 1960, contre les fonctions du Secrétaire général des Nations unies et contre les missions et les résolutions du Conseil de sécurité", ajoutent le communiqué.

Les membres du comité soulignent que le président américain sortant "a marqué par l'indignité, l'irresponsabilité et l'aventurisme politique son mandat finissant" de président des Etats-Unis d'Amérique et s'est comporté comme un businessman en vendant "à ses acolytes véreux les peuples sahraoui et palestinien".

"Trois protagonistes connus et répertoriés comme des voyous de la politique et adeptes caractérisés de l'usage de la force et de la violence et du viol obsessionnel du droit et de la justice ont réalisé une transaction honteuse, illégale et malhonnête sur le dos des peuples sahraoui et palestinien", poursuit le CNASPS.

Les membres du comité "dénoncent avec la plus grande vigueur cet acte immoral de Donald Trump et notamment son décret qui ne changera rien la légitimité du combat du peuple sahraoui", conclut le communiqué.(SPS)

 

090/097/700