Surveillance des droits de l’homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario

New York, 07 juil 2020 (SPS) Le Front Polisario a appelé mardi à New York à étendre le mandat de la mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance des droits de l’homme, affirmant que la mission onusienne ne doit pas faire exception à cet égard.

" Bien que le Conseil de sécurité inclue une composante droits de l’homme dans les mandats des opérations de paix depuis 1991, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Munurso) reste une exception à cet égard ", a déploré le Polisario dans un communiqué diffusé à New York à l’occasion d’un débat au Conseil de sécurité sur les opérations de paix et les droits de l’homme.

Le Front Polisario a souligné qu’après 29 ans de déploiement, la mission créée en 1991 pour veiller à l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental, a failli non seulement à son mandat initial mais aussi à la protection des droits humains des civils sahraouis dans les territoires occupés.

Dans le même temps, le Maroc continue de commettre des violations massives contre les sahraouis, une répression documentée par des ONG comme le centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l'homme et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

C’est l’ensemble des territoires occupés qui sont assiégés et soumis à un blocus médiatique. Le Sahara Occidental demeure jusqu’ici "une zone d’exclusion" interdite aux médias internationaux et aux observateurs de droits humains, a-t-il dénoncé.

Le Polisario a relevé qu’il avait sollicité le Conseil de sécurité à maintes reprises pour étendre le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme conformément aux principes fondamentaux des opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Cette doléance a été également portée au niveau du Conseil de sécurité par de nombreuses organisations africaines et internationales de défense des droits de l’homme qui ont exhorté l’instance suprême des Nations Unies à agir à cet égard.

Sans la nommer, le Front le Polisario a accusé la France d’avoir empêché le Conseil de sécurité de formuler des recommandations sur la surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental, principalement pour s’assurer que le bilan épouvantable du Maroc en matière de droits de l'homme ne soit pas examiné.

Il a rappelé que le chef de l’ONU avait plusieurs fois insisté sur le suivi " impartial, complet et soutenu" de la situation des droits de l'homme, nécessaire à la protection du peuple sahraoui.

"Il est inacceptable que la Minurso reste une exception au moment où la promotion et la protection des droits de l'homme deviennent une priorité dans toutes les opérations de paix des Nations Unies", a réitéré le Polisario dans le même communiqué. (SPS)

020/090/700