Le Maroc continue d'expulser les observateurs internationaux et maintient son état de siège imposé au Sahara occidental occupé

El Aaiún (territoires occupés de la République sahraouie), 29 fév 2020 (SPS) Les autorités d'occupation marocaines ont procédé vendredi à l’ expulsion de (8)  huit Catalans du territoire du Sahara occidental, dont des parlementaires et des membres des mouvements de solidarité avec le peuple sahraoui.

Il s'agit des députées : Susana Segovia et Ferrán Civit,  Vidal Aragonés, adjoint de la CUP, Guadalupe Moreno, de l'Agence catalane pour le développement et la coopération; Oriol Puig, du Sahara Dempeus; David Minoves, directeur général de Fons Catala, Fonds catalan pour la coopération au développement; Gemma Aristoy, présidente du mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui et et Toni Royo du (Fons Catala).

Le voyage a été organisé par l'Intergroupe Paix et Liberté pour le peuple sahraoui du Parlement catalan. La délégation espagnole prévoyait de rencontrer à El Aaiún des organisations sahraouies des droits de l'homme.

Le Maroc impose un blocus médiatique systématique aux territoires occupés du Sahara occidental,  faisant fi des injonctions faites par le Secrétaire Général des Nations Unies au Maroc, dans les rapports remis au Conseil de Sécurité, à autoriser les visites d’observateurs des droits de l’Homme dans les territoires occupés.

A ce titre, au cours de 2019, les autorités de l’occupation marocaine ont expulsé quarante-trois (43) personnes de différentes nationalités du Sahara occidental, dont des journalistes, des avocats et des élus.(SPS)

020/090/TRD