Aide humanitaire: le CRS lance un appel urgent pour la prise en charge des réfugiés

Chahid El Hafedh (camp des réfugiés sahraouis), 09 mai 2018 (SPS) Le Croissant rouge sahraoui (CRS) a lancé mercredi un appel "urgent" à l’adresse des Organisations humanitaires et pays donateurs pour répondre aux besoins des réfugiés sahraouis, confrontés ces derniers mois à une baisse conséquente de l’ordre de 40% des aides nécessaires.

Selon le chef de cabinet du président du CRS, Mohamed Amine Boukhers, l’aide allouée par les pays donateurs et les organisations internationales "ne cesse de reculer ces dernières années sous l’effet de l’aggravation des conflits mondiaux notamment dans la région du Sahel et dans des pays du Proche orient (Syrie et Yémen) engendrant de nouveaux besoins en aides alimentaires et en médicaments".

S’exprimant lors d’une rencontre, dans les locaux du CRS, avec une délégation de parlementaires et représentants d’organisations de la société civile algériens, le responsable du Croissant rouge sahraoui a fait état du recul des aides financières accordées annuellement notamment par les Etats Unis passant de 10 millions à 6 millions d’euros, de l’Union européenne (UE) de 15 millions à 9 millions d’euros, accordée par l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHOU) et celle venant du Haut commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR) baissant de 8 millions à 6 millions d’euros.

La baisse de ces participations financières a engendré, selon M. Boukhers, un déficit de ration alimentaire par individu alors que le nombre de réfugiés à prendre en charge avoisine actuellement les 173 600 cas, selon le recensement effectué récemment par les autorités sahraouies et les agences onusiennes.

Les aides alimentaires destinées aux milliers de personnes réfugiées comprennent actuellement que les aliments de base pouvant assurer la survie aux nécessiteux.

Sur ce plan, le responsable sahraoui a indiqué qu’un travail de réévaluation de la consistance de cette aide par personne est en cours d’élaboration avec les instances onusiennes, dressant un bilan inquiétant quant au phénomène de la malnutrition et l’apparition de plusieurs maladies parmi les enfants et les femmes.

Une femme sur deux souffre, selon lui, de l’anémie, alors que chez les enfants on enregistre un ralentissement de croissance alarmant.

"J’invite les organisations internationales à contribuer à l’effort humanitaire et à prendre en charge les besoins urgents des réfugiés sahraouis qui souffrent depuis 40 ans de la politique de colonisation marocaine de leur territoire", a-t-il alerté, annonçant l’organisation d’une conférence à Alger prévue le 22 mai devant réunir des pays donateurs en vue de recueillir plus de soutien et d’aide. (SPS)

020/090/700