Une délégation du Front POLISARIO participe à la 54ème Conférence nationale de l’ANC

Johannesburg (Afrique du Sud), 18 déc 2017 (SPS) Une délégation du Front POLISARIO prend part à la 54ème conférence du Congrès national africain d'Afrique du Sud (ANC-en aglais), qui se tient à Johannesburg du 15 au 20 décembre, en présence des milliers de délégués et des dizaines d’invités étrangers.

La délégation sahraouie est composée du membre du secrétariat national du Front Polisario ; Mohamed Yeslem Beissat et de l'ambassadeur de la RASD en Afrique du Sud, Bachir Esgheyer.

Lors de la présentation du rapport politique à la conférence, le président sud-africain Jacob Zuma a réitéré le soutien de son pays au droit du peuple sahraoui à la liberté et à l'autodétermination.

Pour sa part, la délégation sahraouie a remercié le Congrès national africain pour l'aimable invitation et de solidarité et le soutien indéfectible de l’ANC et du gouvernement sud-africain à la lutte du peuple sahraoui.

Cette noble attitude découle de la tradition de la lutte commune et de l'alliance entre le Front Polisario et l'ANC, convenu par les deux dirigeants, feu, Oliver Tambo et Mohamed Abdelaziz, "durant les batailles héroïques menées par les deux mouvements contre l'expansion marocaine et le système d'apartheid, qui avaient des liens étroits de conspiration et d'agression contre nos peuples et nos mouvements de libération", a rappelé la délégation.

M. Beissat a passé en revue la situation actuelle du processus de paix au Sahara occidental, en particulier les obstacles dressés par le Maroc au processus de négociations, l’expulsion de la Mission de l'Union africaine de la ville occupée d'El Aaiun et son refus de permettre au Parlement Africain et à la Commission Africaine des Droits de l'Homme de visiter la région, en plus de la répression persistante et les violation des droits de l'homme et le pillage des ressources naturelles sahraouies.

 Il a également appelé à exercer des sanctions politiques et économiques contre le Maroc à l’instar de celles imposées au régime d'apartheid, afin qu’il (le Maroc) respecte la légalité africaine et internationale et mette fin à son occupation des territoires de la République sahraouie.

Plusieurs délégations étrangères ont exprimé lors de leurs interventions leur solidarité avec la lutte du peuple sahraoui et son indépendance. (SPS)

020/090/TRD