L'Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis condamne le silence international

Aousserd (Camp des réfugiés sahraouis), 9 déc 2017 (SPS) Le président de l'Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis, Omar Abdeslam, a condamné samedi le silence international face aux exactions, à l'oppression, à la persécution et à la torture dont est victime le peuple sahraoui dans les territoires occupés par le Maroc, accusant des pays étrangers à l'instar de la France et l'Espagne de soutenir l'occupation marocaine.

Intervenant lors de la Conférence internationale de solidarité avec la jeunesse sahraouie, organisée en marge de la 9e édition du Congrès de l’Union de la jeunesse sahraouie (UJSARIO) sous le thème "L'implication politique de la jeunesse", M. Abdeslam a affirmé que "le peuple sahraoui est victime de toutes sortes d'exactions, d'oppression, de persécution et de torture de la part de l'occupant marocain dans un silence international systématique et un soutien de l'Espagne et de la France".

Il a rappelé en outre le pillage continu des ressources naturelles par l'occupant marocain alors que les résolutions de l'ONU à  sont claires à ce propos.

Le président de l'Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis a fait état de la coopération avec des organisations internationales pour la création d'une banque ADN permettant l'identification des cadavres découverts dans les charniers, précisant que 15 ont été découverts dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Pour sa part, le membre de l'Union des étudiants sahraouis, Mahfoud Mohamed Lamine Bechri a annoncé le lancement d'une campagne nationale regroupant toutes les composantes du peuple sahraoui pour la sensibiliser sur le pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental par l'occupant marocain tout en dénonçant les sociétés multinationales impliquées, et ce à travers des manifestations dans ce sens.

Le militant des droits de l'Homme et ex-détenu du groupe Gdeim Izik, Hassane Alia a évoqué les tortures subies avec ses compagnons après des arrestations arbitraires et des simulacres de procès, exprimant son inquiétude face à la détérioration de l'état des 30 détenus sahraouis croupissant dans les prisons marocaines et dans la prison noire (carcel negra) à El Aaiun occupée, notamment après leur grève de la faim qui a couté la vie à plusieurs.

Rappelant que les territoires occupés sont soumis à un réel blocus, il a souligné que plus de 200 personnes ont été interdite d'accès dénonçant par la même la politique des colons marocains dans les territoires sahraouis occupés à travers l'exclusion des sahraouis du droit au logement et à l'emploi notamment les étudiants, privés de la poursuite de leurs études du fait de leur activisme, outre la torture que subisse les manifestants pacifiques.

M. Alia a appelé la communauté internationale à assumer son rôle et contribuer à la levée du blocus imposé sur les territoires sahraouis occupés. (SPS)

020/090/700