WSRW dévoile des opérations illégales d'exploration pétrolière prés de la ville de Dakhla occupée

Londres, 29 oct 2017 (SPS) L'Observatoire des ressources naturelles du Sahara occidental (WSRW) a dévoilé, samedi dans son rapport, des opérations illégales d'exploration pétrolière menées pour la deuxième fois par la Compagnie américaine Kosmos Energy près de la ville Dakhla au Sahara Occidental occupé.

WSRW relève la poursuite durant les dernières 24 heures des opérations d'exploration au nord de la ville de Dakhla, dans la zone où active la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy, en collaboration avec la compagnie scandinave Cairn Energy, lit-t-on dans le communiqué.

L'Observatoire avait fait état, dans son rapport de février dernier, d'une activité de prospection illégale effectuée par la même compagnie entre février et avril derniers.

Dans son dernier rapport, WSRW fait état "d'un navire de prospection offshore et d'un bateau appartenant à Kosmos Energy effectuant,sur le site de Bir Kara, des manœuvres utilisées que pour déterminer les réserves pétrolière". Ce site est celui où "la compagnie américaine a entamé les premières explorations pétrolières dans l'histoire du Sahara Occidental".

Par ailleurs, le même document indique que Kosmos Energy "a manipulé ses partenaires en leur dissimulant des documents du droit international qui définissent le statut du Sahara Occidental".

Il explique que la compagnie américaine a passé sous silence ces informations après son entrée en mais 2017 à la bourse de Londres contrairement à ce qu'elle avait fait en 2011 lors de son entrée à la bourse de New York en permettant à ses partenaires de prendre connaissance de l'avenant expliquant le conflit au Sahara Occidental.

Kosmos Energy active depuis des années dans la prospection et le forage du pétrole et du gaz sur les côtes sahraouies occupées, avec l'autorisation de l'Office national des hydrocarbures et des mines, une société détenue par l'Etat marocain occupant, rappelle WSRW.

L'exploitation menée par Kosmos Energy dans cette zone avec l'autorisation des autorités d'occupation marocaines est "une violation des résolutions du Conseil de sécurité, particulièrement de l'avis du Conseiller juridique au Conseil, Hans Corell, affirmant que toute exploitation des ressources naturelles au Sahara occidental est une violation du droit international, étant donné que cette activité n'est pas en accord avec la volonté et l'intérêt du peuple sahraoui", conclut le rapport. (SPS)

020/090/700