Sahara occidental occupé: Adala UK condamne la "répression brutale" des manifestations à El Aaiun par le Maroc

Londres, 25 sept 2017(SPS) L’organisation basée à Londres qui se consacre aux droits de l’Homme au Sahara occidental, Adala UK, a condamné lundi "la répression brutale" marocaine des manifestations à El Aaiundans les territoires sahraouis occupés par le Maroc.

"Les autorités d'occupation marocaines ont permis à la police et aux forces de sécurité dans les zones occupées du Sahara occidental d'utiliser une force excessive contre les manifestants sahraouis", a dénoncé l’organisation dans un communiqué.

Elle interpelle le gouvernement marocain à "mettre fin à la violence contre les civils sahraouis et à traduire devant la justice les membres de ses forces de sécurité qui ont violé les droits de l'Homme de citoyens des territoires occupés qui manifestaient pacifiquement."

Les forces de sécurité marocaines ont attaqué, jeudi dernier, des manifestants sahraouis pour disperser des manifestations pacifiques organisées en solidarité avec les prisonniers politiques sahraouis et pour dénoncer la dispersion du groupe de Gdeim Izik dans plusieurs  prisons marocaines.

Adala UK estime "inutile, injustifié, disproportionné et hors la loi" le recours des autorités marocaines à la "force excessive" et à la "répression violente" contre des manifestants pacifiques qui "ne représentaient aucune menace".

L’organisation rapporte que des membres des forces de sécurité marocaine ont battu les manifestants, avec des matraques et des pierres, citant parmi les victimes Aziza Biza, gravement blessée à la tête et Hassna Duhei, militante des droits de l'Homme, qui a été violemment battue.

Un journaliste sahraoui de "Equipe Media" s’est vu confisqué sa caméra et violenté, rapporte le communiqué.

L'utilisation de la violence par la police et les forces d'occupation a provoqué une "grande colère" parmi la population sahraouie, souligne l’organisation qui a également dénoncé le recours marocain à différentes formes de répression, dont le harcèlement, la détention arbitraire et la torture, contre toute personne qui soutient l'autodétermination et contre les militants sahraouis des droits de l'Homme.

"Le but de l’intensification constatée du recours à la répression par les forces d'occupation est de museler la liberté d'expression, d'association et des manifestations pacifiques", affirme l’ONG.

Adala Uk relève par ailleurs, le "silence" presque complice de la communauté internationale face à la détérioration de la situation des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental.

"Les pays démocratiques restent silencieux et s'abstiennent de critiquer publiquement le Royaume du Maroc. En restant silencieux, la communauté internationale, y compris l'Union européenne (UE) et d'autres pays influents, alimente les tentatives du Maroc de faire taire les voix qui luttent pour l'autodétermination du peuple sahraoui", affirme encore l’ONG. (SPS)

020/090/700