Le peuple sahraoui doit exercer son droit à l'autodétermination

Stockholm, 10 avr 2017 (SPS) La ministre suédoise des Affaires  étrangères, Margot Wallstrom, a réaffirmé la position inébranlable de son  pays vis-à-vis de la question du Sahara occidental estimant qu'après 40 ans  d'occupation, "le peuple sahraoui doit exercer son droit à  l'autodétermination".

Lors du 39e congrès du parti social-démocrate suédois, Mme Wallstrom a  mis en avant le soutien de son pays aux efforts du Secrétaire général de  l'ONU Antonio Guteres et de son Envoyé spécial pour promouvoir le processus  des pourparlers afin de trouver une solution juste dans le cadre de l'ONU.

Par ailleurs, la question sahraouie était au centre des débats  consacrés à la politique extérieure du congrès du parti social-démocrate  dont les travaux dureront jusqu'au 12 avril.

Les intervenants ont souligné, lors des travaux, "l'engagement  politique, moral et humain de la Suède envers le peuple sahraoui",  rappelant que le Sahara occidental demeurait la dernière colonie en Afrique  et que le gouvernement Suédois devait prendre des mesures "audacieuses"  pour appliquer la décision du parti Social-démocrate, prise lors de son  congrès de 2009, confirmée en 2013 et consacrée par le parlement suédois en  2012, parallèlement à la promulgation de la décision de la Cour de justice  européenne (CJUE) qui a ouvert de nouvelles perspectives à la question  sahraouie notamment sur le plan européen.

Les travaux du congrès se déroulent en présence d'une délégation du  Front Polisario représentée par le membre du Secrétariat national, le  ministre sahraoui délégué pour l'Europe, Mohamed Sidati, la secrétaire  générale de l'Union nationale des femmes sahraouies (UNFS), Fatima El Mahdi  et le représentant du Polisario en Suède Aline Habib El Kantaoui.

En marge des travaux du congrès, plusieurs rencontres ont eu lieu  entre la délégation Sahraouie et plusieurs responsables du gouvernement  suédois et du parti social-démocrate dont celle avec la ministre des  Affaires étrangères, une occasion pour condamner l'attentat contre la Suède  et échanger les points de vue sur les développements de la cause sahraouie. (SPS)

020/090/700