Le président de la République interpelle le SG de l’Onu à intervenir pour la libération "immédiate" des prisonniers politiques sahraouis

Bir Lahlu, 12 mars 2017 (SPS) Le président de la République, SG du Front Polisario, M. Brahim Ghali a interpellé le nouveau SG de l’ONU, Antonio Guterres, afin d’intervenir en toute urgence pour la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers politiques sahraouis notamment le groupe de Gdeim Izik qui doit comparaitre lundi devant le tribunal marocain de Rabat.

La communauté internationale et les Nations Unies en particulier, doivent assumer sa responsabilité au Sahara occidental à travers la protection des droits de l’homme des Sahraouis en attente de sa décolonisation par le biais d’un référendum devant permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance sous les auspices de l’ONU, a souligné le président de la République dans une lettre à M. Guterres.

"Il ne peut y avoir d'atmosphère devant faciliter et fournir les conditions favorables pour des  négociations à la lumière de la persistance des violations marocaines, qui reflètent un flagrant mépris du droit humanitaire international, du droit international, des résolutions internationales, et menacent de saper les efforts nécessaire aux progrès vers une solution juste et durable du conflit", a estimé le président de la République.

"Nous réitérons notre appel à la nécessité urgente d'élargir les pouvoirs de la MINURSO pour y inclure la surveillance et le respect de la situation des droits de l'homme, l’arrêt du pillage des richesses du Sahara occidental, le démantèlement du mur de la honte marocain, qui représente  un crime contre l'humanité, et la mise en ouvre immédiate du plan de règlement ONU-OUA (actuellement UA) pour l'organisation d’un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui".

Les prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik avaient été injustement condamnés en 2010 par un tribunal militaire marocain à de lourdes peines allant de 20 ans à la perpétuité. Le procès en appel de ces prisonniers politiques sahraouis  prévu le 26 décembre dernier à Rabat a été reporté une première fois au 27 janvier 2017 puis au 13 mars courant, rappelle-t-on.(SPS)

020/090/TRD 122000 MARS 017 SPS