Ould Salek: le retrait du Maroc des territoires occupés, un préalable à la paix

Alger, 05 avr 2021 (SPS) La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a exigé lundi le retrait du Maroc de ses territoires occupées pour entrer dans une ère de paix avec le Maroc, son voisin frontalier, a déclaré le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek.

"La RASD est prête pour une paix avec le Maroc, son voisin du nord, sur la base du respect des frontières entre les deux pays,  et cela ne sera possible qu'avec la fin de l'occupation, le retrait des forces marocaines de notre territoire national ainsi que l'abandon par le Maroc de sa politique expansionniste", a indiqué Ould Salek au cours d'une conférence de presse tenue à Alger.

Le chef de la diplomatie sahraouie a exprimé, à ce titre, la disponibilité de la RASD à coopérer avec les Nations Unies qui, selon lui, doivent honorer leurs engagements vis-à-vis du peuple sahraoui en lui permettant d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination.

Il a aussi réitéré l'engagement de la RASD à coopérer avec le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine" en vue de mettre en œuvre sa dernière décision sur le Sahara occidental qui réaffirme l'obligation du respect des frontières héritées à l'indépendance.

Selon le conférencier, la RASD est disposée à répondre à l'appel émis, en décembre, par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine visant à "faire taire les armes". Elle exige, néanmoins, que des actions soient menées afin d'obliger l'occupant marocain "à se conformer aux dispositions de l'acte constitutif de l'Union africaine" et à "l'empêcher de créer un climat de mésentente dans la région dans le but de servir des intérêts étrangers qui voient d'un mauvais œil une organisation continentale unie et responsable".

Le diplomate a évoqué, en outre, la reprise de la lutte armée, le 13 novembre 2020, précisant que la RASD exerçait son droit de légitime défense. Il a appelé, à ce propos, les Nations Unies et l'Union Africaine à condamner l'agression du Sahara occidental par le Maroc et à mettre un terme à "l'occupation illégale" de ce territoire.

Le chef de la diplomatie sahraouie a revendiqué, d'autre part, l'adhésion de la RASD aux Nations Unies, en tant qu'Etat membre.

"L'Etat sahraoui exige son siège aux Nations Unies étant donné que le Maroc dresse des obstacles face à la tenue d'un référendum d'autodétermination (au Sahara occidental), sachant pertinemment que le peuple sahraoui est unanime en ce qui concerne son droit à l'indépendance et à sa souveraineté", a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Ould Salek a pointé la responsabilité du Conseil de sécurité dans la détérioration de la situation au Sahara occidental, car n'ayant pas fait le nécessaire pour permettre à la Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) d'accomplir la mission principale pour laquelle elle a été créée. Il a attribué cet état de fait au jeu d'intérêts auquel s'adonnent certains membres permanents du Conseil de sécurité.           

Concernant la prochaine réunion du Conseil de sécurité, prévue le 21 avril courant, Ould Salek a expliqué qu'il s'agissait d'un " briefing visant à informer les membres du Conseil au sujet de la situation actuelle dans les territoires sahraouis", après la violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu" signé en 1991. 

D'autre part, le représentant de la RASD impute au Maroc l'entière responsabilité des "conséquences catastrophiques" de la reprise des hostilités à partir de novembre dernier.

Il a estimé que "l'agression du 13 novembre dernier a constitué la goutte qui a fait déborder le vase" et a démontré que le Maroc s'est "définitivement détourné" du processus de paix engagé en 1991.

Le conférencier a affirmé que "ni la RASD ni le peuple sahraoui ne devraient assumer les conséquences du refus du Royaume du Maroc d'aller vers un référendum d'autodétermination", rappelant que le Roi Hassan II avait été contraint d'accepter la tenue de ce référendum face aux progrès enregistrés par  l'armée sahraouie.

D'autre part, le ministre sahraoui des Affaires étrangères a pointé la responsabilité de la France dans l'échec du plan de paix ONU-UA, accepté par le Maroc et la RASD, soulignant les obstacles dressées par Paris pour empêcher l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme.

"Le soutien de la France à la colonisation marocaine a empêché l'application de l'accord entre la RASD et le Maroc dans les délais impartis, c'est-à-dire depuis des décennies", a-t-il affirmé.

" Sans les obstacles dressés par la France, la Minurso aurait assumé la mission de la surveillance des droits de l'Homme pour au moins alléger les souffrances des Sahraouis dans les territoires occupés", a ajouté le ministre.

La France a aussi bloqué la mise en œuvre des décisions de la Cour de Justice de l'Union européenne sur le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental, a ajouté Ould Salek, appelant Paris a assumer son rôle en tant que " pays ayant des relations historiques avec tous les peuples et pays de la région" et à cesser son "soutien aveugle" au Maroc. (SPS)

020/090/700