Le Conseil exécutif de l'UA rejette la tentative marocaine de faire passer deux projets à travers les territoires sahraouis occupés vers l'Afrique de l'Ouest

Addis-Abeba, 5 fév 2021 (SPS) Le Conseil exécutif de l'Union africaine a rejeté, lors de sa session de jeudi, la tentative du Royaume du Maroc de faire passer deux méga projets d'infrastructure à travers les territoires occupés de la République sahraouie vers les pays d'Afrique de l'Ouest.

 Le rejet par le Conseil des deux projets relatifs aux fibres optiques et au réseau électrique que la puissance occupante marocaine tentait faire passer via les territoires occupés de la République sahraouie vers l'Afrique de l'Ouest a été un coup dur pour le Maroc, ce qui traduit l’attachement de l’UA à sa charte fondatrice et le respect  des frontières des États membres conformément à l'article 4 de sa charte.

Lors de la discussion du sujet dans le cadre du rapport du Comité technique spécial sur les transports, les infrastructures, les infrastructures intercontinentales et interrégionales, l'énergie et le tourisme (STC-TTIIET), le ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Salem Ould Salek, a condamné la tentative de l'occupant marocain de légitimer son occupation à travers des initiatives que Rabat veut inscrire  au menu de l'agenda africain sur l'intégration économique.

 Ould Salek a ajouté que le Maroc pense que le fait de dissimuler ses manœuvres derrière l'argent et l'économie peut tromper une organisation qui fait du refus de l'acquisition de terres par la force et du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des Etats membres l'un de ses principaux principes et objectifs.

L'Algérie, a,  pour sa part, été confrontée à une conspiration similaire, puisqu'elle a été surprise par la présentation de deux autres projets qui devaient traverser son territoire national à son insu et sans son approbation.

Pour faire face à cette tentative, le ministre algérien des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, est intervenu avec fermeté, soulignant le rejet de cette tentative inappropriée, affirmant que ce genre de tentatives désespérées ne réussira jamais simplement parce qu'elles sont contraires à l'Acte constitutif de l'Union.

La décision du Conseil exécutif de renvoyer ces quatre projets au CST afin de consulter les deux pays concernés, la République sahraouie et l'Algérie, a été un choc pour le Maroc, car elle lui a rappelé que sa présence dans certaines parties du territoire national sahraoui n'est rien d'autre qu'une occupation militaire illégale, et que toutes ses tentatives de franchir ses frontières internationalement reconnues ne passeront pas par l'organisation.

Il convient de noter que la décision du Conseil exécutif sur l'infrastructure qui a gâché les projets du régime d'occupation de s'étendre au-delà de ses frontières reconnues intervient seulement deux mois après la décision du Sommet extraordinaire sous le thème "faire taire les armes ", qui a décidé le renvoi de la recherche d'une solution au conflit entre les deux États membres  de l’organisation continentale au Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, en vue de parvenir à un nouveau cessez-le-feu fondé sur le respect du droit du peuple sahraoui, des principes et objectifs de l'Union africaine et des résolutions pertinentes de l'ONU. (SPS)

 

020/090/TRD