Le Front Polisario reçoit un appel téléphonique du SG de l’ONU au sujet de la tension résultant du torpillage du cessez-le-feu par le Maroc

Chahid ElHafedh, 14 nov 2020 (SPS) Le membre du Secrétariat national du front Polisario en charge du Secrétariat de l'Organisation politique et chef de la délégation de négociation, a reçu vendredi un appel téléphonique de M. António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

Cet appel téléphonique s'inscrit dans le cadre des contacts qu’entreprend le secrétaire général des Nations unies avec les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Royaume du Maroc, afin de calmer la situation résultant de l'escalade militaire de l'Etat d'occupation marocain dans la région d’El Guerguerat et de l'agression menée par ses forces vendredi au Sahara occidental.

Dans ce contexte, le Secrétaire général de l'ONU a fait part à M. Brahim Ghali, Secrétaire général du Front et Président de la République, de la profonde préoccupation des Nations Unies face aux conséquences de la situation tendue dans la région de Guerguerat sur l'avenir du processus de paix parrainé par l'ONU au Sahara occidental.

De son côté, M. Khatri Adouh a réitéré la position de la partie sahraouie exprimée à plusieurs reprises à travers les messages adressés par le Président de la République et le Secrétaire général du Front au Secrétaire général des Nations Unies et au Conseil de sécurité, y compris la lettre qu'il a adressée vendredi, qui résume la position du Front Polisario à l'égard des causes profondes de tension et le rôle du Secrétariat des Nations Unies et du Conseil de sécurité face à ces agissements.

Pour rappel, le président de la République et le Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a  adressé un message urgent au SG des Nations Unies et au président du Conseil de sécurité pour les informer des répercussions de l'attaque agressive lancée par les forces marocaines contre les civils sahraouis non armés qui manifestaient pacifiquement dans la région de Guerguerat, considérant cette action d’agression et de violation flagrante du cessez-le-feu, que l’ONU et le Conseil de sécurité devraient condamner dans les termes les plus fermes. (SPS)

020/090/TRD