Le Gouvernement sahraoui : l'entrée de tout élément militaire, sécuritaire ou civil marocain, dans la zone d’El Guergarat ou la soi-disant bande de séparation, sera considérée comme une agression flagrante

Bir Lehlou (territoires sahraouis libérés), 09 nov 2020 (SPS) Le Gouvernement sahraoui averti  et réitère fermement que l'entrée de tout élément militaire, sécuritaire ou civil marocain, dans cette partie des zones libérées de la République sahraouie, ou la soi-disant bande de séparation, sera considérée comme une agression flagrante, à laquelle la partie sahraouie y répliquera énergiquement, en légitime défense et  en défendant sa souveraineté nationale. "Ce qui signifiera également, la fin de l'accord de cessez-le-feu et enclenchera une nouvelle guerre dans toute la région".

Le ministère de l’information vient de rendre publique un communiqué à la suite des informations sur le terrain, selon lesquelles, les forces d'occupation marocaines ont commencé à déguiser des groupes avec des habits civils, sous les yeux même des observateurs de la MINURSO, dans le but de les introduire dans la zone tampon, afin d’attaquer les civils sahraouis en sit-in, il y a plus de deux semaines, dans le cadre de leur manifestation pacifique contre la brèche illégale à El Guerguerat.

En voici le texte du communiqué que nous publierons dans son intégralité :

"République arabe sahraouie démocratique

Ministère de l'Information

Porte-parole officiel du Gouvernement sahraoui

Déclaration

Après avoir massé ses forces militaires le long du mur de la honte dans la zone adjacente à la brèche illégale dans la région d’El Guerguerat, et en violation flagrante des termes de l'Accord militaire n ° 1, les forces d'occupation marocaines ont commencé hier soir à déplacer un grand nombre de gendarmes et autres forces de sécurité dans la région.

Des informations confirmées sur le terrain, indiquent que les forces d'occupation marocaines ont commencé à déguiser ces groupes avec des habits civils, sous les yeux même des observateurs de la MINURSO, dans le but de les introduire dans la zone tampon, afin d’attaquer les civils sahraouis en sit-in, il y a plus de deux semaines, dans le cadre de leur manifestation pacifique contre la brèche illégale à El Guerguerat.

De nouveau encore, le Gouvernement sahraoui averti  et réitère fermement que l'entrée de tout élément militaire, sécuritaire ou civil marocain, dans cette partie des zones libérées de la République sahraouie, ou la soi-disant bande de séparation, sera considérée comme une agression flagrante, à laquelle la partie sahraouie y répliquera énergiquement, en légitime défense et  en défendant sa souveraineté nationale. Ce qui signifiera également, la fin de l'accord de cessez-le-feu et enclenchera une nouvelle guerre dans toute la région.

Le gouvernement sahraoui tient également les Nations Unies et le Conseil de sécurité en particulier, pour responsables de la sûreté et la sécurité des civils sahraouis qui se trouveront exposés au risque d'une agression militaire marocaine déguisée en civil, face à une menace réelle, qui peut engendrer un massacre horrible de citoyens sahraouis désarmés. Des citoyens qui jouissent du plein droit de la liberté d'expression et de l’organisation de manifestations pacifiques, pour défendre les droits inaliénables de leur peuple à l'autodétermination et à l'indépendance. (SPS)

020/090/700