L'intégration de Laayoune au GNLC est une violation des statuts de l'UNESCO (association chilienne)

Santiago, 24 sept 2020 (SPS) L'intégration de Laayoune occupée, au réseau mondial UNESCO des villes apprenantes (GNLC), est une "violation ouverte des statuts de l'organisation onusienne, a dénoncé jeudi l'Association chilienne d'amitié avec la RASD, demandant à l'organisation onusienne de rectifier cette inscription.

"L'inscription de la ville illégalement occupée de Laayoune, en tant que ville marocaine membre du Réseau mondial des villes apprenantes de l'UNESCO (GNLC), dans son édition 2020, constitue une violation ouverte des statuts de l'UNESCO elle-même", a réagi l'association sur sa page Facebook.   

"Nous demandons à l'UNESCO de rectifier immédiatement cette inscription, qui constitue une agression contre le peuple sahraoui et tous les peuples du monde qui luttent pour la défense et la promotion de nos identités et cultures originelles et du droit à l'autodétermination des peuples", a-t-elle ajouté.                                                       

L'association a rappelé que " Laayoune est une ville sahraouie sous occupation coloniale (...)  imposée par la force et la répression" et visant " l'aliénation de l'identité" des sahraouis" à travers " l'imposition d'un nouveau récit historique en faveur de l'occupant illégal".                                                                  

 "Comme Israël le fait contre la Palestine à propos de la ville d'Al-Qods occupée, la monarchie marocaine, avec la complicité ouverte de certains anciens pays européens colonisateurs comme la France, fait pression pour obtenir des mesures visant la reconnaissance de facto d'une fausse souveraineté sur des territoires contestés comme la ville sahraouie captive de Laayoune", s'est elle indignée.                  

Rappelant également  la déclaration de Pékin, l'association d'amitié avec la RASD a précisé que seules les villes situées dans un Etat membre de l'UNESCO peuvent adhérer au réseau GNLC.                                   

 L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), a annoncé mercredi que 55 villes représentant plus de 20 Etats, dont Laayoune occupée, ont été admis au sein du réseau mondial des villes apprenantes.                                                        

Inscrit depuis 1966 à la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc. (SPS) 

020/090/700