La communauté internationale appelée à accroître son aide en faveur des réfugiés sahraouis

El-Ayoune occupée, 23 juin 2020 (SPS) L'Association des défenseurs des droits de l'Homme des Sahraouis (Codesa) a condamné le silence de la communauté internationale sur les souffrances des réfugiés sahraouis et les retards dans l'organisation du référendum sur l'autodétermination au Sahara occidental.

Dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée internationale des réfugiés, le Codesa a exprimé "sa solidarité avec les réfugiés du monde entier, en particulier avec les réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf (Algérie)".

L'Association sahraouie a également appelé l'ONU et toutes les organisations internationales des droits de l'Homme à "tout mettre en œuvre pour mettre un terme à la tragédie et aux souffrances des réfugiés sahraouis" et à "leur permettre de retourner au Sahara occidental".

Le Codesa a lancé un appel pour l'organisation rapide d'un référendum d'autodétermination pour le peuple sahraoui, seule solution au conflit au Sahara occidental.

Dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée du réfugié africain (Convention OUA – 1967) et de la Journée Mondiale des réfugiés, célébrées le 20 juin de chaque année, le Groupe de Soutien de Genève pour la Protection et la Promotion des Droits de l’Homme au Sahara occidental, a dénoncé de son côté, les entraves du Maroc à l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, en rappelant la situation "difficile" des réfugiés sahraouis.

Dans leur communiqué, les 213 membres du groupe rendent hommage au "Front Polisario et la République Arabe Sahraouie Démocratique pour leur admirable administration des camps tout au long des 45 dernières années, qui a permis d'assurer un niveau de vie digne de toute la population, y compris l'accès aux soins et à l'éducation pour tous".

Ils rendent hommage, en particulier, aux "autorités algériennes pour l’accueil des réfugiés sahraouis qui s’inscrit dans la tradition historique algérienne d’appui aux mouvements de libération africains et d’ailleurs dans le monde et pour le soutien humanitaire et matériel qu’elles leur apportent" .

Il est relaté, dans le communiqué, que malgré les condamnations de l’occupation militaire du Sahara occidental par le Maroc, de la part du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU ainsi que de l’Organisation de l’Unité Africaine et de son héritière l’Union Africaine, "le Royaume persiste dans sa politique d’annexion illégale et bloque depuis trois décennies l’organisation du référendum d’autodétermination et d’indépendance du Peuple sahraoui prévu par la résolution 1514 (XV) de l’Assemblé générale de l’ONU, ainsi que par le Plan de paix qui a porté à la création en 1991 de la Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental (MINURSO)". (SPS)

020/090/700