Le géant chimique autrichien "Borealis" promet d'arrêter ses activités illégales au Sahara occidental occupé

Vienne, 26 mai 2020 (SPS) Le géant chimique autrichien "Borealis" a promis mardi d'arrêter ses activités illégales au Sahara occidental occupé, a indiqué l'Observatoire Western Sahara Resource Watch (WSRW).

"Conformément à notre engagement total envers des chaînes et une éthique responsables, nous ferons à l'avenir des efforts raisonnables pour demander explicitement au client de s'abstenir de fournir nos produits dans un port du territoire du Sahara occidental, même s'il est légalement admis", a souligné le PDG de la société chimique autrichienne Borealis, M. Alfred Stern, dans une lettre adressée à WSRW le 26 mai 2020.

La déclaration fait suite à la révélation qu'un navire rempli de gaz GPL de l'usine Borealis de Stenungsund, en Suède, a transporté du gaz dans le Sahara Occidental occupé, a expliqué le WSRW.

La cargaison controversée est arrivée dans le territoire occupé le 22 mars 2020, à bord du pétrolier Emmanuel(OMI 9580182), a souligné la même source.

Borealis a précisé "que la cargaison a été exportée vers un client au Royaume-Uni et qu'elle n'avait aucune information sur le port de destination finale, car c'est une pratique courante dans notre entreprise".

La société est l'une des plus grandes sociétés d'Autriche, avec un siège à Vienne, et 6900 employés dans plus de 120 pays dans le monde.

La clarification de Borealis intervient seulement une semaine après que la société norvégienne Equinor a exprimé ses regrets concernant l'exportation de gaz de la Norvège vers le territoire sahraoui occupé, promettant que cela ne se reproduirait plus.

La déclaration de Borealis est venue en réponse à une lettre que trois associations de la société civile ont envoyée à l'entreprise en Autriche le 12 mai 2020. La lettre a été signée par "Osterreichisch Saharauische Gesellschaft, Emmaus Stockholm et Western Sahara Resource Watch (WSRW)".

"Nous saluons la réponse claire de Borealis à notre inquiétude et sa promesse de ne pas effectuer de telles exportations à l'avenir. Borealis et Equinor donnent ensemble un bon exemple pour cette industrie. Nous appelons en particulier la compagnie maritime suédoise Wisby Tankers à suivre cette voie, et arrêter tous les transports de produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le territoire occupé. Cette industrie alimente la brutale occupation marocaine", a déclaré Karin Scheele, présidente de l'osterreichisch Saharauisuis Gesellschaft.

Scheele est une ancienne députée au Parlement européen, où elle dirigeait l'intergroupe du Parlement européen pour le Sahara occidental.

Elle a souligné que l'allégation selon laquelle l'exportation vers le Sahara occidental "est légalement admise" peut être mise en doute. "En vertu du droit international, les entreprises et les gouvernements devraient obtenir l'autorisation des autorités compétentes du territoire pour que cela soit légal. Le Maroc, en tant que puissance occupante, n'est pas une autorité compétente", a-t-elle soutenu.(SPS)

020/090/700