"L'approche adoptée par l'ONU pour la décolonisation du Sahara occidental n'est pas satisfaisante" (Aminatou Haidar)

El-Ayoune (capitale occupée du Sahara occidental), 13 mai 2020 (SPS) La militante sahraouie des droits humains, Aminatou Haidar, a vivement critiqué la manière dont les Nations Unies traitent la question de la décolonisation au Sahara occidental, soutenant que "l'approche adoptée par l'ONU pour la décolonisation du Sahara occidental n'a pas pleinement satisfait les aspirations du peuple sahraoui".

Mme Haidar qui était l'invitée mardi soir d'une table ronde virtuelle, organisée via visio-conférence, par la Ligue pour la protection des prisonniers sahraouis dans les prisons marocaines, a expliqué à que "certaines puissances étrangères, notamment la France, l'Espagne et les Etats-Unis,(...) ensemble ou individuellement, ont œuvré pour entraver le processus de décolonisation au Sahara occidental, qui constitue une violation flagrante du droit international et de tous les droits civils, politiques et sociaux".

Le prix Nobel alternatif 2019, Mme Haidar a noté, dans son évaluation des efforts des Nations Unies avec ses divers organes et composantes, de 1963 à nos jours, qu'il "est largement négative", car, souligne t-elle, "l'ONU n'a fait que perpétuer le conflit et prolonger les souffrances des Sahraouis".

D'autre part, la militante sahraouie, a relevé "un ensemble de déséquilibres qui ont caractérisé la manière dont le Conseil de sécurité des Nations Unies a abordé le conflit sahraoui ces dernières années, bien sûr, à la demande de Paris et d'autres régimes qui ont soutenu le Maroc au détriment des droits du peuple sahraoui et le droit international portant atteinte à la légitimité institutionnelle du territoire".

En ce qui concerne la situation dans les territoires occupés du Sahara occidental, Mme Haidar a été "très surprise par la continuation du Conseil de sécurité, à renouveler techniquement le mandat de la mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental, la MINURSO, sans introduire aucun mécanisme pour organiser ou faciliter la tenue d'un référendum sur le territoire conformément au plan de règlement de 1991 signé par les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc".

La militante sahraouie, Aminatou Haidar a reçu le "Prix Right Livelihood 2019", aussi connu comme "Prix Nobel alternatif", début décembre 2019 à Stockholm, lors d'une cérémonie officielle à laquelle ont assisté plus de 1200 militants du monde entier.

Ce "Prix Nobel alternatif " a été décerné cette année à quatre défenseurs des droits de l’Homme et du climat.

C’est la toute première fois que Right Livelihood honore un Lauréat du Sahara occidental.

"Le peuple sahraoui a subi plus de quarante années d’occupation marocaine, toute opposition étant brutalement réprimée. Le courage et la fermeté qu’a manifesté Aminatou Haidar en organisant la résistance pacifique et en haussant de la voix devant la communauté internationale peut inspirer toute personne qui a foi dans la justice ", relève Ole von Uexkull, directeur exécutif de la Fondation.

Se déclarant "honorée" de recevoir le célèbre Prix, Aminatou Haidar a déclaré que cette attribution est "une reconnaissance" de sa "lutte non violente et de la juste cause du peuple sahraoui qui malgré l’occupation militaire et les nombreuses violations des droits de l’homme élémentaires, poursuit son combat pacifique".(SPS)

020/090/700