Les pays européens ne doivent pas négliger le rôle des Sahraouis dans la sécurité régionale (colloque)

Paris, 29 juin 2019 (SPS) Les pays européens ne doivent pas négliger le rôle des Sahraouis dans la sécurité de la région du Maghreb et du Sahel, a affirmé un communiqué sanctionnant le colloque vendredi à l'Assemblée française sur le Sahara occidental et les défis sécuritaires.

"La non-reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) par les pays européens ne doit pas conduire à négliger son rôle dans le maintien de la sécurité régionale, mais au contraire les inviter à renforcer la capacité de la RASD en ce domaine, y compris au sein du G5 Sahel", ont recommandé les participants à ce colloque organisé à l'initiative du député communiste Jean-Paul Lecoq, soulignant qu'il s’agit en effet de "menaces transfrontalières et d’un combat pour la sécurité de tous".

Jean-Paul Lecoq, rappelle-t-on, est membre de la commission des Affaires étrangères et président du groupe d’étude sur le Sahara occidental de l’Assemblée nationale.

Le colloque, qui s’est tenu avec succès dans l'enceinte de la chambre basse du parlement français, en présence d’une assistance de plus de 100 personnes, représentants d’ambassades, élus, journalistes et citoyens engagés, a mis en évidence avec une précision inédite le rôle de la RASD dans la recherche de la sûreté et de la sécurité dans la région.

Les points de vue exprimés par des universitaires ont mis en garde sur le rôle propagandiste du Maroc.

Le colloque a rappelé "avec force" combien le mouvement de libération du Front Polisario s’est toujours gardé "en toute responsabilité" de toute "dérive terroriste", notant combien l’éducation contre toute forme de terrorisme est une "priorité" dans les campements de réfugiés.

Le colloque a souligné que la RASD et le Front Polisario sont mobilisés face aux nouveaux défis apparus après le cessez-le-feu de 1991, notant que c’est pour les Sahraouis un "choix stratégique".

"Cette volonté s’appuyant sur une longue expérience et une réelle expertise se heurte au manque d’équipement et de moyens de transport et de capacité d’écoute", ont ajouté les organisateurs du colloque qui se sont félicités de l’engagement de la RASD à "prendre toute sa part dans la stabilité de la région Sahara-Sahel", saluant cette ambition liée à son projet national de recouvrer son indépendance dans son territoire.(SPS)

020/090/700