Les Sahraouis célèbrent le 46ème anniversaire de la création du Front Polisario

Chahid El Hafedh, 10 mai 2019 (SPS) Le peuple sahraoui célèbre vendredi le 46ème anniversaire de la création du front Polisario (10 mai 1973), dans un contexte marqué par les acquis réalisés en faveur de la cause sahraouie au double plan continental et international et  l'attachement des Sahraouis à leur droit à l'autodétermination.

Les acquis réalisés pour la cause sahraouie se veulent "une réaffirmation de la reconnaissance du Front Polisario en tant que seul représentant légitime du peuple sahraoui dans son sa lutte pour la liberté et l'indépendance", et de l'attachement des Sahraouis à leur droit inaliénable à l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Les Sahraouis célèbrent cet anniversaire à la lumière de développements "sans précédent" survenus aux niveaux international et continental et d'un intérêt croissant à la cause sahraouie, à travers l'appel du Conseil de sécurité dans son dernier rapport à la reprise des négociations entre les parties au conflit, à savoir: le Front Polisario et le Royaume du Maroc.

Les Nations-Unies avaient supervisé la table ronde, organisée les 5 et 6 décembre 2018, dans le cadre des négociations directes entre les parties au conflit, en vue de relancer le processus onusien visant le règlement du conflit au Sahara Occidental et le respect du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.

L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, avait présidé les travaux de la deuxième table ronde sur le Sahara occidental occupé, en présence des parties au conflit (Maroc et front Polisario) et des pays voisins, l'Algérie et la Mauritanie.

La dernière décision du conseil de sécurité onusien 2468 portant prorogation du mandat de la Minurso de six mois au lieu d'une année "reflète l'intérêt accordé par ce conseil à la cause sahraouie et à trouver rapidement une solution garantissant au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination, conformément à la charte onusienne et aux résolutions pertinentes du conseil de sécurité". 

La célébration du 46èmenniversaire de la création du Front Polisario dans un contexte marqué par les "acquis" politiques et diplomatiques, dont la consécration du statut du Sahara occidental en tant que membre fondateur de l'OUA (UA actuellement), et ce "en dépit des complots du Maroc et de ses alliés".

Dans ce contexte, l’UA a joué un rôle dans la relance de la question sahraouie, en contraignant le Maroc à s'asseoir aux côtés des Sahraouis lors de toutes les rencontres organisées par l'organisation panafricaine dont Afrique-Japon et Afrique-Union européenne (UE).

Quant à la bataille juridique menée par le front Polisario notamment au niveau de l'UE, la décision de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) de février 2018 qui considère que l’inclusion du territoire du Sahara occidental dans le champ d’application de l’accord de pêche est "une violation" de plusieurs règles du droit international commun régissant les relations UE-Maroc, notamment le principe d’autodétermination, a constitué "un tournant décisif" pour la question sahraouie.

Cette décision a été appuyée par une autre décision de la CJUE, rendue en décembre 2016, stipulant que Maroc et le Sahara Occidental sont  deux territoires distincts, et par conséquent tout accord conclu entre l'UE et le Maroc "ne peut inclure les territoires sahraouis", et toute exploitation des ressources naturelles sahraouies "exige le consentement du peuple sahraoui, à travers son seul et unique représentant légitime, le front Polisario".

La décision de la CJUE a été accueillie favorablement par le peuple sahraoui et la communauté inter nationale, qualifiée même de "victoire" pour le peuple sahraoui, ayant permis d'impulser le processus de règlement de la question sahraouie.

Le front Polisario jouit d'une place privilégiée, étant le représentant unique et légitime du peuple sahraoui et un partenaire dans la réalisation de la paix dans la région, avec la reconnaissance de l'ONU et de toutes les organisations internationales. En revanche, aucun Etat ou organisation ne reconnaît les visées expansionnistes du Maroc au Sahara occidental qui demeure une question de décolonisation, selon les résolutions et recommandations de l'Assemblée générale de l'ONU et de son Conseil de sécurité. (SPS)

020/090/700