Le Polisario regrette l’échec du Conseil de sécurité à condamner le Maroc

New York, 30 avr 2019 (SPS) Le Front Polisario a regretté mardi "l’incapacité" du Conseil de sécurité à condamner "les actions déstabilisatrices" du Maroc qui risquent de "saper un processus politique déjà fragile".

Dans une première réaction à la prorogation du mandat de la MINURSO de six mois, le Front Polisario souligne que "l’échec du Conseil de sécurité à condamner les actions déstabilisatrices du Maroc ne fait qu’encourager la puissance occupante marocaine à persister dans son intransigeance et à saper un processus politique déjà fragile".

"Nous avons déjà vu les effets néfastes du silence du Conseil de sécurité. Au cours des derniers mois, le Maroc a intensifié le rythme et l’ampleur des violations du cessez-le-feu et réprimé brutalement la population sahraouie vivant dans les territoires occupés", s’indigne le Front Polisario dans un communiqué relayé à New York.

Et d’ajouter "le Maroc a fait tout son possible pour perturber et faire dérailler le processus de paix dirigé par l'ONU, notamment en refusant de prendre des mesures de confiance pour démontrer sa volonté de progresser sur la voie politique".

Le Front Polisario affirme que "ces menaces à la paix exigent une réponse claire du Conseil de sécurité et le Maroc doit être tenu responsable de ses actes".

En parallèle la partie sahraouie a dit "prendre note" de la reconduction du mandat de la MINURSO et de l’appel lancé aux deux partis au conflit de reprendre les négociations sans préconditions et de bonne foi en vue de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable, qui pourvoit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

La seule solution réalisable est l’autodétermination

En référence aux expressions "réalisme et compromis "incluses dans la résolution et contestées par la Russie et l’Afrique du Sud car diluant dans les faits les paramètres du règlement du conflit, le Front Polisario réaffirme que la seule solution réaliste et réalisable est celle qui accorde au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination.

"Le Front Polisario réaffirme que la seule solution réalisable, réaliste et durable est celle qui accorde à notre peuple le droit inaliénable de décider de son propre destin de façon libre, démocratique et sans conditions préalables".

"La raison d’être du Front Polisario est de défendre les droits inaliénables et les aspirations légitimes du peuple sahraoui et nous n’accepterons rien de moins que le plein respect du droit inaliénable de notre peuple à l’autodétermination et à l’indépendance", tient-il à rappeler.

Le Front Polisario estime qu’en prorogeant pour la troisième fois le mandat de la MINURSO de six mois, le Conseil de sécurité réaffirme sa "détermination à faire avancer le processus de paix, malgré la vive opposition de ceux qui cherchent à maintenir le statut quo".

Mais regrette que "le Conseil de sécurité ait manqué une occasion notable de donner suite à son engagement de mettre fin au statut quo et d'exiger du Maroc de mettre fin à l’occupation illégale du Sahara occidental ".

Mardi, le Conseil de sécurité a prorogé le mandat de la mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental de six mois, jusqu’au 31 octobre prochain.

Par 13 voix pour et deux abstentions (la Russie et l’Afrique du Sud), l’instance suprême des Nations Unies a adopté un projet de résolution appelant les partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc, à reprendre les négociations sous les auspices des Nations Unies sans préconditions et de bonne foi.

Tel qu’attendu, l’Afrique du Sud et la Russie se sont abstenues de voter le projet de résolution présenté par les Etats-Unis, jugeant le texte " déséquilibré ".

Les deux membres ont dénoncé une tentative d'influer sur le processus onusien en intégrant des expressions et des références pour diluer le principe de l’autodétermination. (SPS)

020/090/700