Accord Maroc-UE : la vice-présidente du groupe des Verts/ALE dénonce "un précédent dangereux"

Strasboug, 16 jan 2019 (SPS) La vice-présidente du Parlement européen et députée, Heidi Hautala, a affirmé mercredi que l'adoption par le Parlement européen de l'accord commercial controversé Maroc-UE a créé "un précédant dangereux", soulignant que ce vote risque de saper les efforts de paix déployés par l'ONU dans la région.

Mme Heidi Hautala a exprimé, dans une déclaration à la presse, ses "profonds regrets" après l'adoption par le Parlement européen de l'accord commercial controversé Maroc-UE, précisant que le vote sur cet accord a créé un "précédent dangereux".

La vice-présidente du Groupe Verts / Alliance Libre européenne a ajouté, à ce propos, que l'accord Maroc-UE "légitime les revendications d'un pays tiers sur un territoire que l'UE ne reconnaît pas elle-même au regard du droit international", mettant en garde que ceci risquerait de saper les efforts de paix délicats déployés par l'ONU dans la région".

"Le traitement du dossier par le Parlement européen a été fatalement entaché de graves conflits d'intérêts et de pressions extérieures indues", a-t-elle également dénoncé.

Mme Hautala a déploré, en outre, que deux tiers des députés européens ont bloqué la seule option "raisonnable" qui aurait dû être prise, à savoir celle de soumettre l'accord en question à la révision de la Cour de justice européenne, avant tout vote.

Cet accord a enfreint, selon l'eurodéputée, les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) ayant rejeté tout projet incluant les territoires du Sahara occidental occupé et ses eaux adjacentes sans consentement du peuple sahraoui.

"Quelle crédibilité aurons-nous maintenant vis-à-vis des observateurs extérieurs lorsque nous promouvons l'état de droit et le respect du droit international? ", s'est-elle interrogée.

Les parlementaires du Groupe des Verts/ALE au sein du Parlement ont appelé, mardi, au rejet "sans réserve" de l'accord Maroc-UE incluant "illégalement" les territoires sahraouis occupés, exigeant que la Cour de l'Union européenne de justice (CJUE) émette un avis avant tout vote sur ce texte.

L'accord commercial Maroc-UE "va à l'encontre du droit européen et du droit international, il a été négocié sans le consentement du peuple autochtone sahraoui et fait suite à un grave scandale de conflit d'intérêts impliquant, entre autres, l'ancienne rapporteur Patricia Lalonde du Groupe ALDE et Gilles Pargneaux du Groupe S & D", a dénoncé le groupe des Verts /ALE, dans un communiqué.

Les eurodéputés Verts/Alliance Libre européenne se sont élevés, à l'occasion, contre l'extension "des avantages commerciaux aux exportations vers l'UE depuis la partie du territoire du Sahara occidental, annexée illégalement par le Maroc en 1975". (SPS)

020/090/700