L'ingérence marocaine dans les activités du Centre Georges-Pompidou est "inacceptable" (Jean Lamore)

Paris, 10 nov 2018 (SPS) L'artiste américain, Jean Lamore, a dénoncé samedi l'ingérence marocaine dans les activités du Centre Pompidou de Paris ayant abouti à la suspension de la présentation de son ouvrage, une décision qu'il qualifie "d'inacceptable".

Le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou de Paris avait programmé une manifestation dans laquelle le livre "Necessita dei volti" (Nécessité des visages), oeuvre d'artistes dont Jean Lamore, était présenté au public. Sur injonction des autorités et de la presse marocaines, le livre a été retiré par la direction du centre étatique français.

Plusieurs observateurs n'ont pas manqué de relever que cette décision coïncide avec l'anniversaire de l'envahissement et l'occupation du Sahara occidental par les Marocains suite à la "marche verte" et avec la visite mercredi du président Emmanuel Macron au Maroc.

"C'est lamentable qu'au 21esiècle, en France, des oeuvres d'art sont censurées et retirées d'une présentation sur la base d'une pression d'un Etat étranger. C'est inacceptable", s'est indigné l'artiste-peintre, sculpteur, écrivain et cinéaste Jean Lamore dans un entretien à l'APS.

Incriminant en premier lieu la direction du centre Georges-Pompidou, qui a été à l'origine de cette manifestation, il a qualifié cette décision, sur laquelle il n'a pas été mis au courant, de "censure inacceptable".

"C'est une censure inacceptable. La manière unilatérale dont elle s'est faite, on envoie des ordres (du Maroc) et Paris se plie. Tout ceci me laisse croire que nous ne sommes pas au 21esiècle. On revient au 19e et au 18e  siècles", a-t-il expliqué, ajoutant que c'est d'autant "inacceptable" surtout lorsqu'il s'agit d'un projet culturel.

Il a indiqué que c'est le centre qui a décidé de montrer au public ce projet, tout en sachant au préalable qu'il concerne le conflit du Sahara occidental.

"Nous ne sommes pas venus pour vendre des bonbons ou de la vaisselle, mais présenter un sujet sensible. Il y a une grande maturité dans ce projet et une qualité esthétique qui est reconnue ailleurs", a-t-il soutenu, s'interrogeant sur cette réaction "compulsive", du côté marocain et du côté des institutions françaises qui "se plient" en l'espace de 24 heures, alors que jusqu'à aujourd'hui "je n'ai eu aucune information du Centre Pompidou et sur sa décision de suspendre le projet".

"Ce n'est pas acceptable qu'une institution culturelle agisse de la sorte.

C'est pour cette raison que je vais adresser une lettre ouverte au directeur dans les jours qui viennent qui sera adressée à la presse", a-t-il annoncé, soulignant qu'en tant qu'artiste et intellectuel il s'interdirait de se livrer à des opérations de propagande.

"Personnellement, je connais très bien la situation. Je connais le problème du Sahara occidental depuis fort longtemps. J'ai une relation profonde avec le peuple sahraoui, mais je me garderais bien d'en faire une propagande. Il n'y aucun effet de propagande dans ce que je fais.

Ce sont des faits que j'avance", a-t-il précisé, indiquant qu'il a une position "partiale" face à l'injustice.

Il a rappelé que c'est la troisième ingérence marocaine qu'il subit sur ce qu'il fait comme oeuvres artistiques. La première c'était à Paris à la Villette lors d'une exposition, mais la direction "a tenu bon", malgré la pression du Quai d'Orsay sur injonction du Maroc. La seconde, c'était lorsqu'il a été carrément exclu de "manière abrupte" de la Biennale de Dakar, une manifestation financée par le Maroc. (SPS)

020/090/700