La Commission africaine appelée à prendre des mesures pour imposer au Maroc le respect des statuts de l'UA

Bir Lahlu (Territoires sahraouis libérés), 30 juil 2017 (SPS) Le président de la République, Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a appelé la Commission africaine à prendre toutes les mesures nécessaires pour imposer au Maroc le respect des statuts, décisions et recommandations de l'Union africaine (UA) et ses institutions, partant œuvrer à la libération des prisonniers du groupe Gdeim Izik et de tous les prisonniers sahraouis détenus dans les geôles marocaines.

Dans un message adressé au président de la Commission africaine, Moussa Faki Mahamat, le président de la République a affirmé que l'occupant marocain "s'est encore une fois livré sciemment à la violation du droit international et du droit international humanitaire" en condamnant le groupe des détenus sahraouis de Gdeim Izik devant un tribunal marocain et sur les territoires marocains.

Le président Ghali a évoqué, dans ce message les derniers développements du conflit entre la République sahraouie et le Maroc à la lumière du simulacre procès marocain et ses condamnations iniques et abusives contre les détenus de Gdeim Izik.

Le Maroc, qui occupe des parties du territoire sahraoui en contradiction avec les Statuts de l'UA et le principe du respect des frontières héritées à l'indépendance, s'est encore une fois livré sciemment à la violation du droit international et du droit international humanitaires en condamnant les citoyens sahraouis du groupe Gdeim Izik, a indiqué le président sahraoui dans son message.

Le Royaume marocain "a commis une flagrante violation des droits de l'homme à travers la détention injuste d'innocents civils suite à l'intervention militaire brutale du 8 novembre 2010 contre le camp pacifique des militants sahraouis de Gdeim Izik et qui ont été, par la suite, déférés devant un tribunal militaire en 2013 qui a prononcé de  sévères peines que le tribunal dit civil a reconduit le 19 juillet 2017, a-t-il ajouté.

Le président de la République a rappelé qu'au terme de sept années de détention abusive dans des conditions difficiles, les autorités marocaines ont prononcé des peines préalablement décidées dans un contexte d'intimidation, de torture, de fausses accusations et de faux témoignages malgré les rapports et appels documentés de la défense, des observateurs  internationaux et des organisations des droits de l'homme qui tous ont affirmé la nullité des jugements et demandé la libération immédiate des détenus".

Après avoir mis en avant que de telles pratiques procèdent d'une claire volonté à poursuivre les violations flagrantes des droits de l'homme, M. Ghali a demandé à la Commission africaine de prendre toutes les mesures nécessaires pour imposer au Maroc le respect des Statuts, décisions et recommandations de l'UA et ses institutions, et partant œuvrer à la libération des détenus de Gdeim Izik et de tous les prisonniers sahraouis détenus dans les geôles marocaines. (SPS)

020/090/700