Le représentant du Front Polisario en France à la BBC: nous privilégions la solution politique avec l'occupant marocain

Londres, 25 jan 2017 (SPS) Le représentant du Front Polisario en France Bachir Oubi Bouchraya a indiqué dans un entretien à la chaîne de télévision britannique BBC (arabic) que "les dirigeants sahraouis privilégient la solution politique dans le conflit avec l'occupant marocain mais ils ne resteront pas les bras croisés si cette démarche venait à échouer, car le Front Polisario "subit la pression des citoyens sahraouis".

M. Abi Bouchraya a souligné dans cet entretien diffusé mardi que le Front Polisario "a été clair dés le début" concernant le règlement du conflit avec le Maroc, précisant que "si le Front finit par se convaincre de l'incapacité des Nations unies d'organiser un référendum sur l'autodétermination, les Sahraouis ne resteront jamais les bras croisés".

"Nous subissons une pression de l'opinion publique nationale non seulement à l'intérieur des camps des réfugiés mais aussi dans les villes occupées du Sahara occidental pour reprendre les armes contre l'occupant marocain, les Sahraouis étant déçus par les Nations unies qui n'ont pas respecté leurs engagements sur l'organisation du référendum d'autodétermination", a-t-il expliqué.

Le même responsable a affirmé que le Sahara occidental respecte à ce jour l'option du cessez-le-feu et ne l'a jamais violé contrairement au Maroc qui a violé l'accord dans la région d’El Guergarat au sud du Sahara occidental en été dernier, en 2001 et 2002.

Le Front Polisario, a-t-il ajouté, a clairement signifié aux Nations unies et à la communauté internationale que "nous n'accepterons aucune violation du cessez-le-feu sous aucun prétexte", soulignant que ce message a été compris par l'ONU qui a mis en place un point de contrôle permanent entre les deux armées, sahraouie et marocaine, séparées par une distance de 120 m seulement".

Les Nations unies, les puissances occidentales et les acteurs internationaux savent que le Front Polisario est "sérieux et que si le Maroc ne revenait pas sur sa violation du cessez-le-feu, "Nous sommes prêts à reprendre, à tout moment, les armes et imposer les options nationales du peuple sahraoui".

Concernant la démarche du Maroc pour réintégrer l'Union africaine (UA), le représentant sahraoui a indiqué que le Maroc s'était retiré de l'Organisation de l'unité africaine (OUA, actuellement UA) en 1984 suite à l'acceptation de l'adhésion de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Le Maroc, a-t-il dit, "tente de réintégrer l'UA par la petite porte après les exploits réalisées par la cause sahraouie au cours des dernières années".

Il a souligné que la raison du retrait du Maroc de l'OUA "existe toujours et que la position de l'UA vis-à-vis du Sahara occidental ne cesse d'évoluer et de se renforcer pour accompagner le peuple sahraoui dans les fora internationaux, l'ONU en particulier, en vue d'obtenir son droit à l'autodétermination et d'organiser le référendum".

Le représentant du Front Polisario a rappelé dans ce sens que l'UA a demandé à l'ONU, lors de ses derniers sommets, de fixer une date pour le référendum et pris également des mesures opérationnelles, dont la désignation de l'ex-président mozambicain, Joaquim Chissano, Envoyé spécial de l'organisation au Sahara occidental pour faire entendre sa voix concernant ce sujet.

La BBC avait diffusé un film documentaire sur la situation dans les camps des réfugiés tourné dans le camp de Smara intitulé "Sahara occidental: Réfugiés oubliés".

"Les Sahraouis attendront sans jamais faiblir et refusent d'abandonner ou de renoncer à leur aspiration à un Etat indépendant mais, disent-ils, nous n'attendrons pas éternellement ...", a conclu l'envoyée spéciale de la chaîne britannique. (SPS)

020/090/700 252010 JAN 017 SPS